Vin de la semaine

La chronique Le Vin de la Semaine est une émission intégrée à Marmelade, la nouvelle émission culturelle de Canal9. Les premières émissions seront itinérantes, enregistrées dans différents théâtres du canton. Avec à chaque fois des invités du monde de la culture, qui ont la chance de déguster le vin et de profiter des conseils de nos quatre spécialistes qui se relaient pour vous.

"Arvine" de la Petite Cave, Jean Carrupt, Chamoson

La Petite Arvine: la star de nos cépages blancs. Une variété que beaucoup nous envient pour son originalité, sa complexité, sa tenue...

Jean Carrupt apprécie cette variété dont il cultive 3800 mètres carrés sur sa commune de Chamoson. Une partie de la production est vendue en raisin, mais sa parcelle du lieu-dit Gru, au pied du Haut-de-Cry est encavée à l'enseigne de la Petite Cave. Les ceps d'une douzaine d'années tirent le meilleur de ce terroir argilo-calcaire situé au sur le côté du cône d'alluvions de la Lozentse. Les rendements sont inférieurs au kilo au mètre avec une récolte à plus de 100° Oechslé.

A la cave, rien de révolutionnaire. Un élevage dans la tradition, mais avec une seule fermentation, gage d'un équilibre entre la structure du vin et sa fraîcheur. La mise en bouteille est effectuée en avril, mais le vin a encore besoin de quelques mois avant de donner la pleine mesure de ses qualités.

Aujourd'hui, la Petite Arvine de la Petite Cave est épanouie à souhait. Les arômes sont expressifs et l'équilibre remarquable. Saississez-vous de ce verre, vous qui avez le privilège de la goûter. Et pour les autres, Chamoson vous attend.

Site Web

Syrah de Philippe et Véronyc Mettaz

A Fully, la Syrah fait partie des vins pouvant postuler au label Grand Cru communal. Le millésime 2011 de Philippe et Véronyc Mettaz, dans sa version barrique, fait partie des crus choisis pour représenter la commune. Un honneur mérité!

La famille Mettaz cultive 2000 mètres carrés de Syrah. Les vignes à parfaite maturité, situées dans le magnifique terroir des Claives, sont dédiées à un élevage en barrique. Avec des rendements de 700 à 800 grammes au mètre, on obtient tout juste 5 décilitres par mètre carré. Les raisins sont récoltés autour de 100° Oechslé, un peu plus en 2011.

Après les fermentations, le vin est élevé en barrique jusqu'en octobre de l'année suivante. Une barrique neuve et une autre ayant déjà servi durant deux ans. Et comme c'est un Grand Cru de Fully, il patientera encore en bouteille jusqu'en avril suivant avant d'être commercialisé, comme le veut le règlement.

Lorsqu'on goûte cette Syrah, on ne peut qu'être impressionné par son caractère et sa puissance. Un vin de gastronomie qui mérite à coup sûr quelques éloges de notre consultante. Du grand art!

Site Web

Ambre 2006 de Christophe Abbet (Martigny)

A l'approche de Noël, un vin de fête s'imposait. Nous avons opté pour l'Ambre 2006, un vin liquoreux de haute tenue, mariage de Marsanne et Arvine, élaboré avec passion par le Martignerain Christophe Abbet.

Un vin de haute tenue, disais-je. Au propre comme au figuré, puisqu'il naît dans des parchets accrochés au coteau de Fully comme ici à Planche-Billon. Deux parcelles de Marsanne, une de Petite Arvine. Des ceps dont les plus anciens sont largement quadragénaires. Christophe Abbet laisse s'installer la pourriture noble et vendange en plusieurs fois ces parcelles. En 2006, les moûts dépassaient les 170° Oechslé.

A la Cave, Chritophe Abbet vinifie ce vin en cuves. Une fermentation qui peut aller de deux semaines à un mois, suivant les années. Et l'encaveur utilise la gestion des températuresà la recherche de l'un équilibre idéal entre sucre et alcool.

L'Ambre est ensuite élevée en barriques neuves. Et comme l'homme ne fait jamais les choses à moitié, le millésime 2006, mis en bouteille ce printemps, y a donc mûri durant six ans.

Au bilan, un vin magnifiquement coloré, un cru d'initié, une curiosité, mais surtout une explosion de saveurs. Avec en plus, une couleur de fête: l'Ambre...

Cave Christophe Abbet
Rue des Fontaines 16
1920 Martigny-Bourg
Tel. 027 722 92 53

Amigne Grand Cru 2012, Cave du Vieux-Moulin (Romain et Vincent Papilloud)

Bienvenue sur le coteau de Vétroz. Ici, c'est le royaume de l'Amigne, un cépage dont le Valais a l'exclusivité. 43 hectares au total, les trois quarts sur la commune de Vétroz.

Romain et Vincent Papilloud en cultivent 9 parcelles, soit un total de 1,2 ha. Des ceps qui prospèrent dans ce terroir unique en Valais formé de schistes noirs. De quoi élaborer trois vins, avec, en tête de liste, l'Amigne Grand Cru dont ils produisent 8000 bouteilles les bonnes années. Un vin élaboré avec des raisins récoltés en début de vendanges à 100° Oechslé, la maturité jugée idéale.

La vinification de cette Amigne Grand Cru de Vétroz est assez classique, en cuve inox. Avec toutefois deux caractéristiques notables: un travail sur les lies, mises en suspension chaque semaine jusqu'en février, et l'absence de deuxième fermentation.

Cette bouteille d'Amigne possède une caractéristique pas si courante pour ce cépage. Il s'agit d'un vin sec. Donc sans sucrosité, mais avec du gras et un très bel équilibre. De quoi en faire un excellent compagnon, tant à l'apéritif qu'en gastronomie.

Site Web

Johannisberg "Vieille Vigne" 2012 du Domaine Grand-Brûlé Leytron

Une parcelle de 3500 mètres carrés planté en sylvaner. C'était en 1970. Voici 4 ans, les responsables du vignoble de l'Etat au Grand-Brûlé ont décidé de transformer ces ceps quadragénaires pour passer d'une taille gobelet au cordon permanent. Une manière de sauver cette vigne idéalement placée dans les terres graveleuses du cône d'alluvions de la Losentze.
Un terroir qui a fait ses preuves sur l'autre rive de la rivière, à Chamoson.
L'an dernier, cette parcelle a produit 500 grammes au mètre carré. Des raisins vendangés à 102° Oechslé.

A la cave, le responsable Eddy Dorsaz a opté pour une vinification en cuve, avec une seule fermentation. Durant trois mois, on travaille sur les lies remises en suspension une fois par semaine. La mise en bouteille est repoussée à fin mai pour laisser au vin le temps de trouver son équilibre.

Vinifié séparément, le produit de cette vieille vigne a toujours été assemblé au produit d'autres parcelles. En 2012, sa qualité était telle qu'il a pour la première fois eu droit à sa propre bouteille. Un vin de grande classe, équilibré, structuré, ample et sans sucre. Des caractéristiques qui devraient lui permettre de bien vieillir.

Site Web

Johannisberg 2012 Cave du Verseau Stéphane Clavien

Le Sylvaner. Ce cépage, aussi appelé Rhin, est encore plus connu chez nous sous l'appellation valaisanne du vin qu'il permet d'élaborer: le Johannisberg.

Stéphane Clavien, de la Cave du Verseau en cultive quatre petites parcelles.. De vieilles vignes, taillées en gobelet, situées entre Sierre et Veyras. Au total, 1800 mètres de ceps souvent âgés de plus de 30 ans. Des vignes qui produisent quelque 800 grammes au mètre carré et que Stéphane Clavien vendange à haute maturité, autour de 100° Oechslé. Preuve de son attachement à ce cépage, l'encaveur de Veyras vient de reprendre une vigne de sylvaner de 1600 mètres carrés.

A la cave, le Johannisberg est vinifié très classiquement. Fermentations et élevage en cuves inox, avec un travail sur les lies pour obtenir du gras. Et du travail encore pour permettre aux levures de finir leur oeuvre.

La bouteille de Johannisberg 2012 de Stéphane Clavien répond bien à ses désirs. Un vin riche, puissant, gras, avec la typicité du cépage.. Et ce millésime 2012 - qui a déjà largement conquis la clientèle de la Cave du Verseau - a également su séduire les jurés de la Sélection des vins du Valais qui lui ont attribué une médaille d'or.

Site Web