Vin de la semaine

La chronique Le Vin de la Semaine est une émission intégrée à Marmelade, la nouvelle émission culturelle de Canal9. Les premières émissions seront itinérantes, enregistrées dans différents théâtres du canton. Avec à chaque fois des invités du monde de la culture, qui ont la chance de déguster le vin et de profiter des conseils de nos quatre spécialistes qui se relaient pour vous.

Pinot Noir 2010 de Michele Gammaldi

Une bouteille de pinot noir pas comme les autres. Celle-ci, élevée par Michele Gammaldi à Montana-Village a vécu sa deuxième fermentation et son élevage dans un fût de 200 litres fabriqué en Italie. Un fût d'assemblage, puisqu'il est fait d'une alternance de douves de chêne et de cerisier. Des bois qui n'ont pas été toastés comme cela se fait d'habitude.


Michele Gammaldi cultive une série de petites parcelles de Pinot noir dans différents terroirs, à Corin, Ollon, Sensine, Flanthey et Chermignon. Au total, 3000 mètres carrés. Toutes les récoltes sont assemblées pour le début de la vinification. Mais ce vin sera décliné en 7 versions, élevées dans des fûts composés de différents bois.


Michele Gammaldi le clame haut et fort. Ses vins sont vinifiées comme dans le sud de l'Italie, car il aime les crus mûrs et charpentés. Il opte pour de longues macérations à froid et choisit soigneusement le moment de la fermentation, comme le lui a appris son grand-père.

Ce Pinot noir "chêne-cerisier" 2010 n'échappe pas à la règle. De la richesse, mais un bel équilibre. Une bouteille atypique sous nos cieux. Mais pas dans la cave Gammaldi!

Site Web

Johannisberg, Cave de la Crettaz (Venthône)

Avec ses 242 ha, le Johannisberg - aussi appelé Rhin ou Sylvaner - est le deuxième cépage blanc du canton. Et c'est du même coup la spécialité la plus plantée dans le canton.

Guy Berclaz, de la Cave de la Crettaz à Venthône, en cultive 2000 mètres carrés, dans deux parcelles situées sur le coteau de Venthône. Les ceps taillés en gobelet de la plus ancienne parcelle ont largement plus de 40 ans. Guy Berclaz récolte son Johannisberg à belle maturité, 98° Oechslé pour ce 2013, un millésime très chiche avec ses 700 grammes au mètre carré.

Vendangées à des dates différentes, les récoltes des deux parcelles sont vinifiées séparément et sont assemblées après la fermentation alcoolique. Et c'est dans la même cuve qu'ils font leur deuxième fermentation. La vinification est donc classique, avec toutefois un travail sur les lies.

Guy Berclaz est fier de son Johannisberg. "C'est chaque année le coq de la cave, car j'ai toujours eu de vieilles vignes avec de petits rendements", explique-t-il, lui qui apprécie particulièrement le Johannis à l'heure de l'apéritif...

Cave de la Crettaz
Tel. 027 456 16 32
Ch. de Fontanay 17
3973 Venthône
Email Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Arvine, Cave Jean-Yves Crettenand (Saillon)

2000 mètres carrés plantés en Petite Arvine, au lieu-dit Anzé. C'est le premier coteau de Saillon, exposition plein sud, dans des terres séchardes où fleurissent les amandiers. Autrement dit, un terroir idéal pour le cépage vedette de notre viticulture.

Ici, Jean-Yves Crettenand vise des rendements avoisinant les 800 grammes au mètre carré. Avec une récolte prévue lorsque le taux de sucre des grappes dépasse les fatidiques 100° Oechslé. Et pour que chacune d'elle soit cueillie à maturité idéale, la vendanges est effectuée en 3 passages, comme ce fut le cas pour le millésime 2011.

La récolte est vinifiée par son frère Pierre-Antoine. Une vinification dans l'ensemble traditionnelle, en cuves, le plus souvent avec deux fermentations. On travaille sur les lies, régulièrement remises en suspension pour donner de l'ampleur à ce vin dont la mise en bouteille est prévue en mai.

Pour la vente, Jean-Yves Crettenand s'est adjoint les services d'un spécialiste. Depuis 1996, les vins de Jean-Yves Crettenand sont commercialisés par Jean-Paul Dieing Au Cellier du Manoir, à Martigny et à Sion. De quoi bénéficier de conseils avisés!

Site Web

Dôle, Cave Marie-Bernard Gillioz (Grimisuat)

Place aujourd'hui au seul assemblage valaisan de tradition. C'est bien sûr de la Dôle qu'il s'agit. Un mariage de Pinot noir et de Gamay, deux cépages qui doivent représenter au moins 85% du produit fini. D'autres cépages peuvent compléter l'assemblage.

Chez Marie-Bernard Gillioz, Pinot noir et Gamay viennent du même terroir, le cône de Bramois, au lieu-dit Les Bercles. Des sols sablonneux et profonds et un ensoleillement parfaitement adapté au Pinot noir qui représente les deux tiers de cette Dôle. Depuis quelques années, l'encaveuse de Grimisuat y a planté du Gamay pour donner à sa Dôle une unité de terroir.Le tout est complét par un peu de Diolinoir et une tombée d'Ancellotta. Des cépages cueillis à plus de 95° Oechslé.

Au départ, chaque cépage est vinifié séparément. Une vinification traditionnelle, en cuves. La Dôle est ensuite assemblée. Les cépages sont dosés pour trouver l'équilibre recherché. En fonction des besoins, ce sont bon an, mal an quelque 1500 à 2000 litres qui sont consacrés à la Dôle.

Au final, un assemblage d'entrée de gamme qui peut réjouir le palais au quotidien. Car la Dôle, c'est le vin à boire avec les plats de tous les jours. Avec un rapport prix-plaisir imbattable.

Site Web

Humagne Rouge, Cave "Le Banneret", Chamoson

Des vignes idéalement placées sur le coteau de Chamoson, au lieu-dit La Posse. Une exposition maximale et une pente assez vertigineuse. La famille Maye y possède 3000 mètres carrés de tablars plantés en Humagne rouge dans un terroir calcaire bien drainé.. Les plus vieux ceps sont déjà trentenaires. Toutes les conditions sont donc réunies pour que cet exigeant cépage autochtone puisse donner le meilleur de lui-même, quelque 800 grammes au mètre à la vendange. Ici, les raisins sont cueillis à un peu plus de 90° Oechslé, une maturité jugée idéale pour conserver une acidité équilibrée.

A la cave, l'oenologue Julien Fournier sait bien ce qu'il veut: "Un vin sur le fruit, la finesse et l'élégance." La vinification est donc traditionnelle, en cuves inox. Avec des macérations très courtes.

Ce millésime 2012 est un bel exemple de cette philosophie. Il réjouit particulièrement Jean-Charles Maye qui apprécie ce cépage bien valaisan. Et qui démontre qu'à Chamoson et à la Cave du Banneret, il n'y a pas que le Johannisberg qui est excellent.

Site Web

"Tardive", Cave Camille Crettol, Martigny

Tardive 2006. Un vin labellisé Charte Grain Noble ConfidenCiel. Et surtout un cru hors normes, un vin nature qui a vécu de longues années d'élevage avant de prendre place en bouteille.

Tardive prend naissance entre Fully et Leytron où Camille Crettol cultive de la Petite Arvine et de la Malvoisie. Au total 1200 mètres carrés dont 400 de Petite Arvine. Des vignes cultivées en bio, sans pour autant revendiquer la labellisation. Le vigneron-encaveur a récolté son raisin en plusieurs passages, conservant une partie de sa Malvoisie pour un vin sec. En 2006, les raisins destinés à Tardive avouaient quelque 140° Oechslé.

Une fois pressée, la récolte a fermenté dans l'unique barrique avant de commencer un long élevage qui va finalement durer 6 ans et demi. Une période durant laquelle l'encaveur a laissé faire la nature, pour obtenir un vin oxydatif, mis en bouteille sans soufre. "Un vin vivant", comme le qualifie volontiers Camille Crettol.

Une telle bouteille s'adresse avant tout à des initiés. Mais elle peut séduire tous les palais curieux tant la palette aromatique est originale et diverse.

Site Web